S-Ligue 1

Intraitables

17 nov. 2019 par Gwench

Simtopia poursuit sa saison avec la 16e journée de championnat. Le Spartak Grostov, leader, accueille son dauphin, les Aguazul Papaya, dans un duel au sommet.

 

Passons rapidement sur l'habituel 0-0 de la journée, qui a opposé Kattegat IF au FC Arcandias. Dans une rencontre qui s'est déroulée sur un bon rythme et dans un bon esprit, les attaques sont toutefois demeurées muettes. Finalement, ce sont des milieux et des défenseurs qui se sont le plus mis en avant, que ce soit Layun et Harnasi, côté arcandiais, ou Ludvigsson côté Kattegat. Le KIF perd des points importants dans la course à l'Europe. Pour Arcandias, la saison ne décolle toujours pas. Un peu comme Heiwashima qui accueillait ce soir le RFC Aurora, une des équipes en forme en ce moment. United espérait beaucoup mieux que le ventre mou cette saison, et les médias les avaient pronostiqués autour de la 5e place. Pour le moment, le compte n'y est pas, les joueurs heiwashimans ne mettent pas des paillettes dans les yeux de leurs supporters. L'inverse des Boeren qui pointent pas loin des places européennes, malgré un démarrage raté. Ce soir, les Auroréens avaient pris le match par le bon bout grâce à un BdB remuant et terminant homme du match. Son coup-franc plein axe (28e) obligeait Heiwashima à courir après le score durant toute la partie. En toute fin de match, c'est Hatem Ben Arfa qui délivra les siens (90e) sur un bon enchainement contrôle, frappe au ras du poteau, au milieu de trois joueurs dans la surface auroréenne. Le partage des points n'arrange personne : United reste dans le ventre mou, Aurora ralentit son rythme dans la course aux places européennes.

 

Après avoir encaissé 7 défaites lors de leurs dix derniers matches, avec une triste 19e place, Spremberg a remanié son équipe et modifié son schéma tactique. Ce soir, contre Armorbeek, les Sprembergeois se présentaient en 4-3-3. Face au 4-4-2 du RRCA, c'était un choix plutôt culotté, mais qui finit par payer en seconde période, après une première partie de rencontre disputée et équilibrée. Comme pour Aurora, le déclic est arrivé sur coup de pied arrêté. Ilicic, à 20 mètres, trouva le soupirail au premier poteau. Casteels plongeait bien, mais trop tardivement. Spremberg domina la seconde période mais leurs démons revinrent les hanter et ils commencèrent à reculer, pour finalement encaisser le but égalisateur d'Armorbeek au plus mauvais moment : dans le temps additionnel. Une longue ouverture de Roussillon dans la profondeur pour Vigouroux, le buteur prenant le dessus à la course sur Rhodolfo pour venir battre Kalinic d'une frappe croisée au ras du sol (90e+1). Là où Spremberg aurait baissé les bras, il semble maintenant que les joueurs ont repris du poil de la bête. Ainsi, sur un dernier corner, tiré par Del Campo, Mercado dévia au premier poteau de la tête. Le ballon semblait sortir quand Alan Kardec arriva pour reprendre de la tête à son tour au second poteau et propulser le ballon au fond des filets (90e+4) pour offrir la 3e victoire consécutive aux Sprembergeois. Le réveil du Phénix ?
Question réveil, trois clubs ont réussi le leur ce soir : Irwellshire Utd, les Ulysses et St-Patrick. Irwellshire United a réussi à se défaire d'un Warwickal combattif, grâce au but victorieux d'un joueur qui s'est réveillé aussi : Akwanifee. Bien placé quand la frappe de Serre fut repoussée par la barre, le buteur de United marqua en renard des surfaces (63e, 2-1) pour offrir la victoire aux siens. Pourtant, ce fut Warwickal qui eut le plus souvent le ballon (62%), mais les Lions ne surent pas exploiter correctement cet avantage tactique. Un peu comme Sliasthorp sur la pelouse des Ulysses qui eut longtemps l'avantage technique et la possession de balle avant de s'écrouler durant le dernier quart d'heure. La sanction ne tarda pas, avec le but de Quintero pour les locaux. A 20 mètres, à l'entrée de la surface, Quintero enroula une drôle de frappe qui sembla d'abord aller plein centre du but avant de plonger vers le premier poteau... Heaton, surpris par la trajectoire du ballon, s'étendit de tout son long un peu trop tardivement... Les Ulysses signent leur seconde victoire d'affilée, après 4 revers. Saint-Patrick recevait le Ventmer pour une rencontre qui s'annonçait compliquée, sur le papier. Mais Kamitoshi n'est pas trop en forme en ce moment et les Leprechauns avaient un coup à jouer. Ce qu'ils firent, avec la manière, acculant le Ventmer dans sa moitié de terrain et perçant le coffre-fort par trois fois. D'abord sur corner par Stephenson, puis sur des actions collectives avec un nombre important de passes et tantôt Lees, tantôt Begum à la finition, au second poteau, après avoir pris la défense de Kamitoshi en défaut. Ces derniers ont pourtant lutté et failli arracher le point du nul, mais les buts de Thiago de Assis et Dumercent ne furent pas suffisants.

 

Passons rapidement sur la force tranquille affichée par le KVZ Hament en déplacement à Kirkov pour affronter le Zénith. Un match à l'image du KV cette saison : tranquille, tout en contre-attaque. Il est loin, le temps où les Kompers développaient un jeu offensif et collectif léché. Cette saison, c'est un jeu à l'auxerroise, fermé mais qui joue juste. Le score aurait pu être un peu plus flatteur pour les Kompers si le gardien de Kirkov, Butland, n'avait pas sorti une magnifique parade sur le pénalty de Popov à la 9e minute. Vexé, le milieu du KV trouva tout de même le chemin des filets à la 47e minute, sur corner à la suite d'un ballon mal dégagé par Kirkov. Le Zénith a développé du beau jeu, mais comme les Belges le savent, dominer et ravir les yeux ne suffisent pas pour l'emporter. L'équipe la moins joueuse s'impose ce soir et remporte les trois points, ce qui est la seule chose qui lui importe. Pour le jeu, on verra plus tard.
Du coup, enchainons avec les surprises du soir. D'abord, allons du côté de Dvalinn. Est-ce le changement de tactique du SKD qui a porté ses fruits immédiatement, ou juste une méforme qui s'installe de façon chronique du côté du Standard Tygres ? Les Avaloniens restent sur 2 points en 3 rencontres. Et même, en 4 rencontres, avec la nouvelle défaite de ce soir. Il semble que le 4-2-3-1 très axial de Dvalinn a énormément gêné les Standardmen. Ayant la possession du cuir, et luttant au milieu de terrain avec férocité, les joueurs de Dvalinn ont su casser le moral de Tygres à des moments charnières. Dans un premier temps, juste avant la pause, dans les arrêts de jeu, par Bakambu. Un but de raccroc, de renard des surfaces, à bout portant, sur un mauvais contrôle de la main du gardien Consigli (45e+1). Ensuite, ce fut au tour de Benitez de trouver le chemin des filets, en s'infiltrant dans la défense du Standard pour décocher une lourde frappe croisée (49e). Imparable. Le Standard ne s'en relèvera pas et s'incline une nouvelle fois. Pour Dvalinn, il faudra voir lors de la prochaine journée si le nouveau système tactique impacte vraiment les résultats du club.
Abordons maintenant la drôle de rencontre qui s'est déroulée à la TanakArena. Hayabusa, ancien leader du championnat, accueillait le champion sortant Utopia. Les Faucons semblent sur la pente descendante et reculent au classement, alors qu'Utopia, qui joue aussi l'Europe, tient plutôt bien son rang en étant aux avant-postes. Mais ce soir, rien ne s'est déroulé comme prévu pour les Intéristes. Quelques minutes ont suffi à Hayabusa pour semer le trouble. Schöpf, la bonne surprise du club pour le moment, trouva la lucarne droite de Guzman sur une puissante frappe du gauche (21e), puis Shigeya Kitahara trouva les filets sur un lointain coup-franc tiré depuis la ligne de touche mais qu'aucun joueur ne dévia... Guzman, s'attendant à une reprise, resta figé sur sa ligne, totalement impuissant (25e).Il fallut une dizaine de minutes aux Intéristes pour reprendre leurs esprits et retrouver de l'allant. A leur tour, il ne leur fallut pas longtemps pour se remettre dans la rencontre, grâce à leur ailier De Arrasceata, qui insista côté gauche avec deux frappes contrées. A la troisième, le ballon partit comme une fusée dans le petit filet gauche de Hayakawa (36e). L'Inter était relancé et Tony Gadj remit les deux équipes à égalité à la 39e minute, d'une habile frappe enroulée du gauche que Hayakawa ne put qu'effleurer des gants. La seconde mi-temps annonçait une autre rencontre. Finalement, Hayabusa verrouilla le match et prit l'ascendant progressivement, étouffant Utopia par un pressing haut. Javier Aquino redonna l'avantage aux Faucons, sur une reprise de volée d'un centre de Takayama (59e). En fin de rencontre, Tomori Yamaguchi paracheva le succès de Hayabusa en reprenant le ballon au point de pénalty sur une tête mal négociée de l'intériste Marcos Rocha (85e). Hayabusa signe une victoire de prestige en s'offrant le scalp du champion en titre.

 

Grostov et Aveiro se retrouvaient donc en clôture de cette 16e journe de S-Ligue dans une rencontre importantissime. Soit le Spartak s'imposait et prenait le large au général (de 5 à 6 points en fonction des différents résultats), soit les Aguazul revenait à hauteur de leurs hôtes du soir. Les Iguanes furent les premiers à tirer au but et à trouver les filets, dès l'entame de la partie, par leur buteur vedette Sebastian Giovinco. L'international italien démontra tout son talent en récupérant une longue balle aérienne, contrôlée de la poitrine, dos au but, puis se retournant pour tirer de volée et trouver la lucarne gauche de Padt ! Le duel était lancé. Le Spartak affutait ses lames offensives et Stindl n'était pas loin d'égaliser quelques instants plus tard de la tête (12e). Mais il fallut attendre encore un peu pour voir Fabio Rodrigues remettre de l'ambiance dans la Grostov Arena. Sur un long centre aérien d'Azevedo, Rodrigues accourut pour couper le ballon de la tête au ras du second poteau (24e). Grostov était à la relance, mais cala rapidement. Les Aguazul n'étaient pas venus chercher le point du nul. Sur un coup-franc excentré sur la droite, Giovinco choisit de contourner le mur par la droite. Padt, mal placé, se troua complètement, laissant filer le ballon sous son ventre (28e). Tout était à refaire pour le Spartak qui éprouvait une nouvelle fois des difficultés, comme lors de sa défaite contre le Ventmer. A la 36e minute, Stindl, venu chercher le ballon au milieu de terrain, avança vers la surface de réparation et, d'une belle passe à l'aveugle, il trouva sur la droite Araujo, bien lancé vers le but. Le milieu de terrain de Grostov frappa sans contrôle pour tromper Manvussa d'une frappe rasante croisée. Les deux équipes se quittaient logiquement sur un score nul à la pause, au terme d'une belle première mi-temps. La seconde fut moins intéressante techniquement, mais elle montra surtout l'ascendant tactique de Grostov sur les Aguazul Papaya. Alors que le match devenait stérile, le Spartak réussit le tour de force de prendre l'avantage pour la première fois de la rencontre. A un quart d'heure de la fin, Araujo réalisa un exploit personnel, dribblant 5 adversaires, dans l'axe, avant de se présenter face à Manvussa. Le portier des Iguanes, bien sorti, ne put rien faire sur la petite balle piquée et enroulée d'Araujo. Le Spartak ne lâcha plus rien et s'impose une nouvelle fois dans ce championnat, portant son avance à 5 points sur son nouveau dauphin, le KVZ Hament.

 

Résultats complets et classement
Toutes les statistiques de la saison


Tous les articles +