S-Ligue 1

Enfin la rentrée !

23 août 2019 par Gwench

Deux compétitions simtopiennes ont animé l’été, avec la Super Coupe et la Coupe de la Ligue, mais à l’heure de la rentrée (ou presque), c’est le championnat qui reprend ses droits. Est-ce que cette saison signera la fin de la garde alternée du trophée entre le KVZ Hament et l’Inter Utopia ? Cela dure depuis six ans, rappelons-le. Les Aguazul vont-ils enfin découvrir la seule marche du podium qu’ils n’ont pas connu : la première ? Spremberg BK va-t-il surprendre tout son monde et enfin glaner un titre après lequel il court depuis longtemps ? Ou, peut-être, allons-nous avoir la confirmation que les nouveaux compétiteurs de la Fédération ont bien pris leurs aises dans le paysage footballistique de Simtopia, comme en atteste la récente victoire en Coupe de la Ligue de Sliasthorp VK ? Sans oublier Irwellshire et Hayabusa, demi-finalistes malheureux de cette même compétition ? Et le retour de l’ancien champion le FC Arcandias sera-t-il gagnant ? Heiwashima United tiendra-t-il la route toute la saison ? Vous l’avez compris, beaucoup de questions pour ce début de saison. Trente-huit journées (ou moins ?) nous aideront à y voir clair. Et ça commence dès ce soir.

 

Honneur au champion sortant, avec le déplacement d’Utopia à Sliasthorp. Le vainqueur de la Super Coupe 2019 chez le vainqueur de la Coupe de la Ligue 2019. Un match très prometteur, d’entrée de jeu. Et un drôle de match durant lequel tout le monde a eu sa mi-temps. Encore sur leur dynamique de la finale de la coupe, Sliasthorp K a démarré comme un bolide le match en dominant des Intéristes qui ne s’y attendaient pas. Et qui ont semblé sombrer rapidement, encaissant deux buts en 45 minutes. Tout d’abord une superbe lunette trouvée par March à la 19e minute. Guzman ne put rien faire, tout comme à la 39e minute quand Lundberg fut trouvé au second poteau, pour une reprise à bout portant. 2-0 à la pause, et une drôle de saison qui s’annonce pour Utopia. La pause a permis aux champions en titre de se reprendre, au fur et à mesure, aussi, que la fatigue gagnait les joueurs de Sliasthorp. Et d’exploit, on est passé à frustration car les Intéristes ont fait parler la poudre. Par Lafôret, d’abord, qui trouva le soupirail au premier poteau sur coup-franc (55e, 2-1). Imparable, Heaton étant masqué par son mur au départ du ballon. Ensuite, ce fut la légende simtopienne Elric qui remit les deux équipes à égalité, profitant d’un ballon mal dégagé dans la surface, pour croiser sa frappe (68e, 2-2). Sliasthorp reculait de plus en plus. Et céda totalement au pire moment, dans les arrêts de jeu. Une tête de Gadj, en reculant, qui loba Heaton pour finir sous la barre transversale. Utopia arrache à la dernière minute sa première victoire de la saison (90e+4, 2-3).

 

Ce ne fut pas simple non plus pour les Aguazul Papaya et le KVZ Hament. Armorbeek et Dvalinn ont offert une sacrée résistance, mais l’expérience a permis à Aveiro et Hament de s’imposer. Dans l’Estadio Libertad, les Aguazul prirent rapidement le large, grâce à Smolnikov (reprise au second poteau, à la suite d’un centre de Pocognoli, 10e) puis par… Pocognoli d’une lourde frappe croisée de la gauche de la surface de réparation. Danciu toucha légèrement le ballon des gants, insuffisamment pour empêcher le break (35e). Le latéral belge d’Aveiro démarre bien sa saison. En revanche, Spazzia a raté son entrée : deux cartons jaunes en 2 minutes. Le premier pour un tacle très limite et le second pour contestation trop virulente. Spazzia l’a joué « à la Verratti »… Les Aguazul cessèrent de porter le danger en fin de match et offrirent des possibilités de réduction du score à Armorbeek, mais de Smet et Bernard ont manqué de concentration au moment de conclure.

A Dvalinn, on a assisté à un match prometteur. Prometteur quant au niveau de Dvalinn qui a tenu tête au triple champion simtopien Hament. Une égalité sur le terrain, en possession, en corners, un léger avantage au tir, bref de quoi espérer une saison intéressante. Malheureusement pour le SK Dvalinn, le KVZH possède un joueur de talent, en la personne d’Alejandro Provenzi. Le milieu de terrain, positionné haut ce soir sur le terrain, réussit à trouver le chemin du but sur un centre de la recrue Lainer. Eydisson fut trop court au marquage pour empêcher l’international simtopien de frapper victorieusement (78e, 0-1). Ce fut le seul éclair de jeu du KV, qui semble encore digérer sa préparation estivale.

 

Toutefois, cette première journée est aussi marquée par des surprises, plutôt de taille. Commençons par la surprenante défaite de Spremberg à Irwell. Les Sprembergeois ont semblé hors de forme, à court d’idées, dépassés dans tous les compartiments de jeu par Irwellshire Utd. Avec une possession proche des 70%, les locaux ont étouffé leurs adversaires du soir, sans les écraser non plus car le score est des plus courts : 1-0. Le but est venu d’un exploit individuel d’Otto Graff qui a envoyé une frappe tonitruante dans la lucarne gauche de Kalinic (31e, 1-0). Personne ne l’a vue venir, car le ballon ne faisait qu’alterner côté droit – côté gauche depuis quelques minutes. L’accélération soudaine de Graff dans l’axe puis sa frappe ont surpris Zainadine et Rhodolfo. Par la suite, Kalinic a sauvé les meubles. Côté Spremberg, Ilicic et Adémi ont eu du mal à se trouver et, même, à être trouvés. Irwellshire débute bien sa saison et engrange de la confiance quant à ses possibilités face à des écuries plus fortes (sur le papier).

Même chose pour le Spartak Grostov qui n’a laissé aucune place au hasard ce soir. Hôtes du RFC Aurora, ils ont laissé passer une bonne heure de jeu avant de sortir du bois. Pendant ce laps de temps, ils ont pu manœuvrer des Auroréens timorés où Svensson et Blondiaux de Battignies ont fait de timides tentatives de frappes, tantôt trop enlevées, tantôt trop écrasées. Après l’heure de jeu, la charnière centrale a été dépassée. Certes, elle ne put rien sur le superbe coup-franc de Diego Valeri (65e, 1-0), mais le doublé de Babel doit beaucoup à son marquage trop lâche qui permit au buteur de se démarquer, de les larguer et de tromper par deux fois Ludovic Sentely (75e, 81e). Aurora loupe son entrée, le Spartak Grostov est le premier leader de la saison !

 

S’il est une région qui aura réalisé le carton plein ce soir, c’est celle d’Asahi. Ses trois représentants ont fait le job, avec la manière. Hayabusa est allé décrocher une solide victoire sur la pelouse de St-Patrick à Northwind. Jouant de façon résolument offensive, avec trois attaquants, St-Patrick s’est rapidement ouvert aux contres de Hayabusa. Une rapide remontée de balle côté droit de Tachel pour un centre qui trouve la tête de Hiroyasu et St-Patrick devait déjà courir après le score (4e, 0-1). Hayabusa ne s’arrêta pas là et poursuivit son travail de sape, profitant des espaces ouverts. Et sur un nouveau contre, Stephenson faucha Hiroyasu. L’arbitre valida le pénalty avec la VAR et Aquino le transforma (57e, 0-2). Il y eut un sursaut d’orgueil des locaux avec la réduction du score par leur recrue phare de l’été : Dario Benedetto. L’attaquant de United marqua un but de renard des surfaces, en étant à la retombée du ballon sur une frappe sur le poteau de Begum. Il dut s’y reprendre à 2 fois avant de tromper à bout portant Hayakawa (65e, 1-2). Toutefois, la possession resta favorable à Hayabusa qui s’impose pour l’ouverture de la compétition.

Ce fut plus compliqué pour Heiwashima Utd, en déplacement à Warwickal, mais là aussi l’expérience a parlé, in fine. Malmenés, ballottés, les Shadows ont réalisé une première période chaotique, en laissant Warwickal ouvrir la marque par Talent dès la 11e minute, d’une frappe croisée car totalement libre de tout marquage. Insua n’y était pas, pour le coup… Heiwashima pourra remercier ce soir son gardien talentueux Tatarusanu qui mit en échec Haraguchi et Moustikar. La doublette locale trouva souvent les gants du gardien. A 20 minutes de la fin du match, l’expérience finit donc par parler, Heiwashima sortant la tête de l’eau, après une première heure traversée comme un fantôme. Avec la régularité d’un métronome, United se relança et accéléra toutes les 10 minutes. Ricardo Goulart égalisa à la 70e minute grâce à un débordement de classe côté droit de Ben Arfa, puis donna l’avantage aux siens à la 81e minute, sur une tête décroisée au premier poteau à la suite d’un corner tiré par… Ben Arfa. Enfin, Junior Moraes a parachevé la remontada du soir avec son petit but personnel, à la 90e+4 minute, sur un caviar dans la surface de réparation d’Ivan Durix. Heiwashima s’en sort bien.

A Kamitoshi, le Ventmer espérait rebondir après sa déception en finale de la Coupe de la Ligue, perdue contre Sliasthorp VK en ayant dominé le match… Kattegat IF ne l’entendait pas ainsi et s’est présentée sur la pelouse de l’Aozora Stadium avec des velléités offensives. La rencontre fut donc assez équilibrée, les locaux n’étant pas transcendants devant leur public, un peu comme la saison passée. Certains choses changent, d’autres non. Et, concernant la motivation, il semble y avoir du mieux côté Ventmer car le chemin des filets fut trouvé à contre-courant du match. Kattegat était proche de faire plier l’adversaire, mais Grosskë puis Brabec refroidirent leurs ardeurs. Brabec, sur coup-franc direct (42e, 1-0), puis Grosskë d’une frappe croisée dans la surface, en étant à la limite du hors-jeu (49e, 2-0). Kamitoshi négocie bien son entrée dans le championnat mais n’a pas rassuré pour autant, comparée à la saison galère de l’an passé. Pour Kattegat, c’est une occasion ratée mais il reste 37 journées pour espérer mieux.

 

Ensuite, cette première journée nous a offert un moment de forte nostalgie pour les retrouvailles entre anciens champions : le Standard Tygres accueillait le FC Arcandias. Le champion 2010 contre le champion 2011. Une autre époque, lointaine. Et un décalage de niveau, entre une équipe de Tygres, rapatriée de Medrean City, et une équipe d’Arcandias, remontée au pied levé cet été et qui doit trouver ses automatismes. Ce qui manqua cruellement ce soir, d’ailleurs, car le Standard s’est régalé offensivement. Il n’y a pas eu avalanche de buts, mais Tygres a pu s’assurer que Raul Ruidiaz est une bonne pioche dans leur mercato estival. Le buteur s’est souvent mis en action et en lumière. Toutefois, c’est sur pénalty qu’il a ouvert son compteur buts en S-Ligue 1 (35e, 1-0). Le Standard, jouant à domicile, ne laissa pas le ballon à ses adversaires, avec un bon pressing et une circulation rapide du cuir. Arcandias courut souvent après le ballon, en plus du score. A trop se fatiguer de courir ainsi, ils finirent par craquer avec une erreur au premier poteau de Dzyuba qui détourna un coup-franc au premier poteau dans ses propres filets (76e, 2-0). Le FC Arcandias eut le mérite de ne pas baisser les bras et crut un instant pouvoir renverser la vapeur en mettant de la folie dans les arrêts de jeu. Ssebuuma plaça une frappe enroulée au ras du poteau droit de Consigli à la 90e+1 (2-1), amenant les visiteurs à tout tenter offensivement. La douche fut froide, puisque Ruidiaz anéantit tous ces espoirs dans la foulée. Il surgit au second poteau pour reprendre un centre aérien de Bjelland alors que toute la défense d’Arcandias, gardien compris, pensait que le ballon allait sortir (90e+2, 3-1). Le Standard est en place, et montre clairement qu’il veut que cette saison soit sa saison.

 

Enfin, terminons avec le déplacement d’un club qui a déjà joué pas mal de matches car engagé en Coupe d’Europe : les Ulysses FC. Leurs hôtes du soir, le Zénith Kirkov, allaient pouvoir s’étalonner pour leurs débuts dans le championnat. La première période ne restera pas dans les annales des deux clubs. Elle fut une coquille vide : peu de jeu, aucun risque offensif, même pas un corner ou un coup-franc pour échauffer les deux gardiens de but… Une vraie mi-temps « Ligain ». Heureusement, la seconde période fut un peu plus animée. Perdosa trouva la barre pour Kirkov (47e), Porov crut ouvrir la marque à la 53e minute mais il revenait d’une position de hors-jeu. Côté Ulysses, c’est Meyer qui fut le plus dangereux avec deux frappes cadrées, mais trop centrées sur le gardien Butland (51e, 68e). Dans la dernière ligne droite du match, ce fut de nouveau « Waterloo morne plaine », avec aucune prise de risques. Arrivèrent les arrêts de jeu et le petit éclair du match. Sur un lointain coup-franc tiré par Bassamo, pour les Ulysses, Perdosa dégagea de la tête plein axe. Aström, resté aux abords de la surface, trouva immédiatement Szalin dans la surface, libre de tout marquage. Le défenseur contrôla et enchaina avec une frappe croisée rasante. Butland, pris de vitesse, plongea trop tard et les Ulysses FC repartent donc de Kirkov avec les trois points de la victoire. Un beau hold-up, dont les Ulysséens n’auront cure. Pour le Zénith, c’est une première frustrante et il faudra rebondir lors de la prochaine journée.

 

Résultats complets et classement
Toutes les statistiques de la saison


Tous les articles +